22 novembre 2008

OYEZ tout le monde !

Le 08 mai 2009

 

 

Comment allez-vous ? Des nouvelles de ma planète ?

Premièrement, nous faisons la captation du spectacle en 2 jours et 4 shows les 7 et 8 juin prochain, à 15h et 19h, chaque jours. J’ai besoin de gens dans la salle, donc les gens qui passeront par ce blog et m’écriront auront droit à des tarifs spéciaux pour ces dates en particulier. Nous allons faire un DVD un peu spécial je pense. Le réalisateur est Jérémiah, vous pouvez voir son boulot sur la page Myspace de Kidam ( cf http://www.kidam.net ) , ça vaut le coup d’œil et d’oreilles surtout ! Il est spécialisé en films musicaux et connaît le spectacle par cœur, pour l’avoir filmé déjà plusieurs fois. Mais d’abord c’est un ami proche, comme tous les collaborateurs principaux d’Imagine-toi.

Deuxièmement, nous faisons appel aux internautes pour lancer la production de vignettes TV avec mon personnage et celui de mon épouse (qui reste à créer d’ailleurs) par l’intermédiaire d’un site appelé TOUSCOPROD. Allez y faire un tour, ça mange pas de pain ; (http://www.touscoprod.com/pages/projet/fiche.php?s_id=36&s_wbg_menu=4 )… J’ai envi de développer une relation quotidienne avec les gens et leur imaginaire pour les faire rire différemment. J’adorerais que ça marche. On en est bientôt à la moitié du financement. C’est pas si mal déjà.

 

Voilà, ça fait de moi un homme presque comblé, en marche vers des rêves à concrétiser. Dans les 2 cas vous pouvez m’aider. Si vous avez aimé le spectacle, ne vous gêner surtout pas.

Merci mille fois d’avance, en vous souhaitant une longue et magnifique route à vous tous et toutes je vous dis à bientôt ou tard.

 

Un beau sourire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par juliencottereau à 23:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


21 novembre 2008

Après trois mois de Bouffes, j'ai encore faim !

Janvier 09

 

Ca y est, la première mouture est terminée…3 mois aux Bouffes Parisiens.. avant de commencer on se dit « OUAH, ça va être loooonnnng » et puis à chaque phase, son degré d’étonnement. Le mois d’octobre fut difficile, les journalistes venaient régulièrement mais le public se faisait attendre, il fallait remplir avec des amis, la famille, des amis de famille, la famille des amis, enfin..du taf, en plus des shows. Cravacher pour qu’il y ait du monde c’est un peu lourd. Les articles redonnaient du courage, par contre, et les retours du public aussi bien sûr.

Je tiens à remercier tout les gens qui m’ont aidé à inviter du monde d’ailleurs, Véronic Roux-voloir (aller voir son blog dans liens amis), qui a fait un gros boulot, et Fani bien sûr, Gilou, Rami, Rachou, entre autres, Elsa, Nicolas Sauvaige, Marie-astrid et aussi le personnel des Bouffes qui a été patient et compréhensif. Mille mercis à Michel Peseux notamment et toute son équipe  !! Ce fut un gros boulot de coordination.

Le mois de novembre fut encourageant, diverses émissions comme Tous au théâtre ou Des Mots de Minuit ont fait grimper la fréquentation et le mois de décembre a pu être enfin comme il se doit c'est-à-dire, avec à peu près 300 à 400 spectateurs en moyenne chaque soir. Vous pensez bien que le public est indispensable pour Imagine-toi. Une bonne foule et c’est la fête tout de suite.

 

Le bouche à oreille à marcher en définitive et le travail de Nicolas Pons chez Opus 64, l’attaché de presse, a été exemplaire aussi. J’ai eu de très beaux articles et des plateaux intéressants tout le long du parcours, 15 interviews télé, 13 radios et à peu près 30 articles, dont une dizaine de fond. Ca fait plaisir.

 

Merci ! Merci ! Sur l’écran je le tape à tue tête : merci encore au Jury de la SACD qui m’a décerné Le Prix Nouveau Talent One Man Show 2008 vers septembre et au Jury des Globes de Cristal qui m’a mis sur la liste des pressentis dans la catégorie One Man Show 2009 aux côtés de Valérie Lemercier, Patrick Timsit, Gad Elmaleh et Nicolas Canteloup. Rien que ça… Ce sont 5000 journalistes de toute la France qui voteront pour l’un d’entre nous (cf. http://www.globesdecristal.fr/). Je suis hyper fier de faire parti d’une liste aussi riche et je vais vous dire : si je gagne cette récompense, ça sera tout simplement grandissime ! C’est déjà tellement incroyable d’être nominé… Donc tous à vos postes le 2 février prochain, sur France 3. On verra bien.

 

Après une semaine de vacances je me lance dans une tournée d’une trentaine de dates avec les week-ends aux Bouffes Parisiens jusqu’à fin avril et prépare la captation du spectacle en pensant à des petits sketchs pour une des chaînes du PAF ! Je vous en parlerai bientôt.

 

 

Mille fois Bonne Année 2009 en tous cas pour vous et vos proches et à bientôt.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par juliencottereau à 10:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

05 septembre 2008

Hello à tous et toutes

Le 5 septembre 2008

Je profite de la nouvelle saison qui commence pour me manifester à nouveau. Après 15 mois de rien du tout, ça sentait le renfermé, je vous l’accorde ; j’ouvre donc les fenêtres qui donnent sur ma cour intérieure à l’arrière de ma maison et vais me poser en transat devant ces mois passés. Depuis mai 07, pas un mot !  En fait je suis devenu muet comme mon personnage parce qu’on m’a volé mon ordi. Il pétillait de grosses bulles de sons, d’images, de choses inventées ; et ça m’a tellement gavé que j’ai fait la grève..de l’ordi. C’est arrivé à Tahiti en mai 07. D’ailleurs je tire mon chapeau au pirate des caraïbes (euh de Polynésie) qui sur la pointe des pieds a dû jouer la danseuse pour arriver sur un fil jusqu’à mon sac avec ses oreilles comme parachute tout…dou..cement dans les coulisses, le jour de la dernière, 2 heures avant le départ vers Paname et qui a filer à l’anglaise avec en plus un baladeur, un téléphone et un appareil photo numérique. En attendant que je récupère un outil, ça a déjà mis six mois. N’ayant plus d’excuses désormais, je vais commencer avec un petit bilan 2007.


Et bien ces 31 536 000 secondes de 2007 furent je pense les plus denses et trépidantes de ma vie. Ce fut une année dingue !

De fin janvier à avril je joue Imagine-toi aux Mathurins tous les soirs -sauf les lundis- en découvrant, si je compte bien 288 personnes différentes qui ont eu le courage d’accepter de jouer avec moi sur scène. Je me rappelle d’un monsieur qui après l’avoir « asphyxié » d’un coup de fleuret imaginaire, tombe et décide de ne plus se relever.. plus jamais ! Je lui prends le poûl, je lui fais un massage cardiaque, du bouche à bouche (simulé..je précise), prends la bombonne d’oxygène du début de spectacle pour lui en donner, prend des gros patchs de 220 V et lui colle sur le torse en faisant le bruit des électrochocs..rien à faire, il ne bouge pas. Je regarde le public, la princesse s’impatiente ; je décide donc..de le déshabiller ; je lui enlève les pompes, puis commence à dégrafer sa ceinture, les boutons de son pantalon et je commence à lui enlever. Ca n’avait plus rien à voir avec l’histoire j’en conviens mais ça a eu le mérite de le ramener parmi nous dans les rires. Peu de monde résiste à un bon dégraffage de calbute. Je l’ai pris dans mes bras comme tout miraculé qui se respecte et j’ai pu continuer mon boulot comme il faut.

Mi-avril j’apprends que je suis nominé aux Molières (voir message sur cette date mémorable), c’est fou de joie que je finis cette longue série de 72 shows dans ce beau théâtre à l’italienne pour aller en Islande en mai afin d’honorer le contrat qui me lie avec Solveig Anspach pour son 3ème film intitulé Back soon. Je joue en anglais un étudiant français passionné de sagas (sorte d’Iliade et d’Odyssée Nordiques) qui fait sa thèse sur les poétesses contemporaines islandaises et qui décident d’aller en rencontrer quelques unes. La première est l’héroïne du film, une vraie poétesse et chanteuse, maintenant doublement actrice puisqu’elle a joué aussi dans le 2ème film de Solveig (pour lequel elle a gagné là-bas l’équivalent islandais du césar de la meilleure actrice, excusez du peu), qui va emmener mon personnage dans un tourbillon assez proche des poèmes qu’elle écrit.  Il va ainsi faire connaissance avec la nature islandaise, celle des gens et des éléments. J’étais déjà allé à Reykjavik pour donner un stage de clown, grâce à Solveig d’ailleurs et j’en étais revenu bluffé. Bluffé par les islandais, une si petite portion de l’humanité concentrant une si forte densité de talent et bluffé par le contraste permanent entre ce qui est attendu et absolument surprenant. Je me souviens d’une virée en voiture pour découvrir le volcan-glacier- le terme est forcément islandais-Sneffels d’où partent les protagonistes du Voyage au centre de la terre de Jules Verne. En l’espace de quelques heures, en mai, on a eu de la neige, de la grêle, de la pluie et du plein soleil donc un arc-en-ciel, on a vu des montagnes enneigées, des plages de sables noires, des paysages de landes et de lichens et la mer à perte de vue. Le film de Solveig traque la personnalité des islandais et dévoile à travers une « road-comédie», l’âme de ce pays incroyable. Il a fallu attendre un an et quelques pour le voir et il vient de sortir ce mercredi 20 août 08 dernier sur les toiles hexagonales. Il a gagné un prix à Locarno mi-août, le prix Variety, ce journal spécialisé qui fait la pluie et le beau temps dans tous les festivals prestigieux en matière de critiques amerloques. C’est pas n’importe quoi en fait, ça facilite  pas mal la distribution à l’étranger du film. Le film a été projeté à la Piazza Grande et faisait la clôture du festival devant 8000 personnes, en plein air, le pied.

Donc en plein milieu du tournage je reviens à Paris pour les Molières au Théâtre de Paris présidé par Jacques Weber et présenté par Karine Le Marchand aussi décontractée que charmante. Après une visite éclair au show room d’agnès B le lendemain de mon arrivée pour enfiler un costard qui vaille la classe de la soirée et hop je me retrouve le soir dans le tourbillon insolite du tout théâtre parisien. Et là je me demande s’il n’y a pas un truc qui flaire bon quand on m’installe avec ma fiancé au premier rang à côté de Laurent Terzieff. La soirée commençait à danser autour d’un immense sourire. Ma petite maman était dans une chambre d’hôpital pour la première chimio d’une longue série et regardait la cérémonie à la télé ; lui dédier le trophée dépassait le cadre de la soirée, vous imaginez... Tout va bien maintenant pour elle, rassurez-vous. Champ et p’tits fours, sourires et embrassades, chants et farandoles puis dodo. Le lendemain je retourne à Reykjavik et finis le film.
Quelques jours après mon retour d’Islande, c’est le début de la tournée et on part tous pour..Tahiti. Non ? Si ! Papeete : 22 heures de vol. Fane et moi, Morgan Marchand, Erwan Daouphars, Idalio Guerrero et sa fille Manon, la fine équipe est dans l’avion. On est heureux. Chaque date que l’on a faite à l’étranger pendant cette année fut une occasion de redécouvrir le spectacle et soi-même un peu aussi. On devrait tous avoir un spectacle comme passeport. Ca serait un foutu bordel aux frontières, les douaniers seraient critiques d’art en somme :
    -vous avez quoi à nous proposer ? Claquettes ? Devant le guichet 21. Et vous ?
« Pourquoi l’art ? Parce que tout est possible ! » Nietzsche. Surtout de rêver, oui. Je pense souvent à Rimbaud qui abandonne l’écriture pour se lancer dans le commerce d’arme en Afrique et qui revient avec un cancer du Je-Nous. Rongé jusqu’à l’os, amputé..Adios ! Tout ça pour revenir les bras chargés d’or et être en mesure d’être puissant et politicien afin de changer la société (dixit Une saison en enfer)…encore un suicidé de la réalité. Il a bien sûr plus fait pour la société en écrivant des poèmes qu’en mourant dans un hôpital de Marseille pour avoir traversé plusieurs déserts à pied. Au bout des fusils : la mort ; (Silence) ça me fait cet effet-là quand je parle de frontières …Mais assez d’idées noires : LA POLYNESIE ! On a fait salles combles les 11 représentations avec quelques shows tonitruants, notamment un avec des scolaires. Au moment du défilé de mode, les enfants étaient debout sur leurs sièges et dansaient comme des dingues. Je me rappelle m’avoir dit « je saute avec eux dans la salle, je m’en fous » mais c’était tellement démesuré que j’aurais été dans l’incapacité de les ramener au rythme du spectacle. C’étaient la première fois que je jouais devant des polynésiens en fait et des polynésiens ados en plus, les places étant trop chers pour eux, le public était surtout composé de franco-français, de « Popas », comme ils disent. C’était la fête ! J’adore jouer devant les ados. Quand ils aiment ils adorent, ils débordent de joie, de reconnaissance. Quand ils n’aiment pas ils sifflent, s’agitent. C’est clair et sans fioritures. Ca fait du bien. Je ne vais épiloguer sur ce démarrage paradisiaque de tournée, je ne veux pas vous faire pâlir d’envie, à ceci près qu’il faut que vous y alliez une fois dans votre vie. Economisez 1 an, 2 ans, 10 ans et allez-y. Il ne faut pas quitter cette terre sans avoir senti la vanille et plonger parmi les requins et les raies de Morea, entre autre.

Les dates postérieures eurent un peu le goût amer des lendemains de cuite : Mouscron, Belgique ! Au niveau du décor urbain s’entend car le matériel son et la salle fut parfaite. Le public du nord, c’est connu est chaleureux et rigolard. Les gens ont envie de s’amuser, Imagine-toi est parfait pour cela donc c’était cool ; on en a pris plein le cœur et ça nous a consolé du blues post-insulaire.
Puis Le Mans, ma ville natale. Le théâtre municipal m’ouvrait grand les bras, ainsi que toute ma famille et le maire. Je clôturais le festival « le Mans fait son cirque » et forcément ce fut historique pour moi. Pour résumé, de Tahiti (en mai 07) à Ventura en Californie (en juillet 08) en passant par Sydney ou La Penne sur Huveaune j’ai eu autant de plaisir à faire rire et à émouvoir les gens.  J’ai pu améliorer ma performance grâce à tous les problèmes délicieux qui ont jalonné notre route, à tous les niveaux de production. Le son est aussi musclé que la lumière et la centaine de dates dans des théâtres si  différents devant des gens si différents ont peaufiné l’identité de mon personnage comme du show.

La rentrée aux Bouffes Parisiens à partir du 1er octobre est le fruit de mon désir de retourner sur Paris pour clore en beauté cette première tournée, la volonté opiniâtre de Nicolas Sauvaige, coproducteur du spectacle à accompagné idéalement l’éclosion d’un rêve et la généreuse détermination de Dominique Dumond, co-directeur des Bouffes Parisiens et patron de Polyfollies, qui nous a proposé le créneau de 19h avant Anne Roumanoff.  Au passage je salue bien bas le professionnalisme de Marie-Cécile Renauld et l’indéfectible bonne humeur de Marie-Astrid Périmony au sein de MCR Productions qui s’occupe de l’exécutif de cette tournée ainsi que le talent d’Idalio Guerreiro pour les lumières et le maestro de Morgan Marchand pour le son. Une révérence à Erwan Daouphars qui continue avec brio une double carrière de comédien et de metteur en scène ; il vient de brûler les planches du Théâtre du Chêne noir à Avignon en jouant Verlaine dans Colloque Sentimental qu’il a monté avec Quentin Baillot, un autre grand bonhomme. Voilà, j’espère vous voir devant moi très prochainement pour vous émouvoir. Et puis un scoop pour ceux qui sont allé jusqu’au bout de l’article sans décrocher ;  je suis papa d’une petite fille qui s’appelle LOU et  suis atteint de gagaïte aigue aggravée d’affections amoureuses envers la maman, je pense que je ne m’en remettrai pas.

Posté par juliencottereau à 19:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 mai 2007

Incroyable ! On m'a décerné le Molière de la Révélation théâtrale

Le 16 mai 2007

On m'a décerné le Molière de la Révélation théâtrale masculine de l'année. J'y crois pas ! Je vous avoue que quand l'on entend son nom sortir d'une enveloppe comme avant hier, le temps fait brusquement un petit arrêt de quelques centièmes de secondes et dans ces centièmes de secondes, le temps s'est en fait peut-être arrêté pour toujours. Certains disent que l'on expérience sans le savoir à peu prés cinq micros arrêts cardiaques dans sa vie. Peut-être en ai-je vécu un ce lundi 14 mai dernier ? Qui sait. Je peux vous dire que j'entendais mon coeur qui battait fort-fort, fort-fort, fort-fort, et j'avais l'impression qu'il était dans mon ventre ; en fait bizarrement tout était calme, incroyablement calme en dehors, et incroyablement chaud et mouvant en dedans. Une tempête sur une mer de velours.

Mais j'étais et je suis toujours aux avant-postes pour dire que c'est avant tout une victoire collective ! DONC Merci à tous ceux qui m'ont aidé à créer ce spectacle, avant et après la première.

J'ai d'ailleurs oublié de remercier quelques personnes lors de la cérémonie et j'aimerai réparer cette injustice. Tout d'abord Véronic Roux-voloir, la photographe qui a fait la photo qui a servi de base à l'affiche. Outre cette contribution effective, elle m'a par ailleurs toujours aidé avec grand enthousiasme et soutenu et conseillé comme une amie. Merci Véro ! Aussi Bruno Villedieux qui a fait le graphisme de l'affiche. Il s'est vraiment donné à fond et travaille comme un orfèvre. Merci du fond du coeur Bruno pour ta générosité. Enfin j'aimerai féliciter et remercier mes amis de Kidam Prod. Jérôme Derathé et Alexandre Perrier qui ne se sont jamais économisés pour enrichir le spectacle de leurs expertises et pour donner tant d'heures à l'élaboration de clips, de captations et de fêtes mémorables. Merci les gars ! Bon et puis, bien sûr : merci aux programmateurs et aux gens qui se sont déplacés pour assister à un représentation et qui m'ont fait l'honneur de partager avec eux des moments d'émotion très intenses ! MERCI ! MERCI ! MERCI !

Pour tous ceux qui se demandent si je vais passer dans leur ville ou si on reprendra le spectacle un de ses quatre à Paris, le mieux est de faire un tour de temps en temps sur ce blog, des infos y seront régulièrement mises à jour. J'aimerai passer partout en France en fait et d'ailleurs ne vous gênez surtout pas pour aller voir les administrateurs des lieux que vous aimez pour leur parler du spectacle et de l'éventualité de m'accueillir. Ils peuvent si ils en ont envie, consulter ce blog et ainsi me contacter facilement. Pour ce qui est de Paris je rêverais de revenir en décembre 2007 dans un beau lieu pour une série de représentations. On est en train d'en parler dés à présent. Pour ma part je suis en Islande figurez-vous où je joue dans un film, le troisième de Solveig Anspach. J'avais déjà travaillé avec cette excellente auteur et metteuse en scène sur son premier film "Hauts-les coeurs" avec Laurent Lucas et Karine Viard. Elle m'a encore donné un beau rôle sur celui-ci. Je joue un étudiant qui prépare une thèse sur les poétesses islandaises et qui va expérimenter ce que peut être la vie d'une poétesse islandaise de très près...

Il fait froid, il pleut, il fait beau, c'est à la mer, à la montagne, sur un glacier et un volcan tout en même temps. C'est l'Islande quoi ?! Et les islandais c'est la même chose...

Je vous embrasse *** et vive la vie !

Posté par juliencottereau à 18:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 avril 2007

AH AH aha ahhhh !!!!

Le 10 avril 2007

Je suis nominé aux Molières 2007 dans la catégorie Révélation théâtrale !!! C'est kool ! Merci à vous tous et rendez-vous au 14 sur France 2 à 20h50 pour voir si...

JE VOUS EMBRASSE FORT, ça fout la pêche !!! Ah oui, pendant que j'y suis, la chanson de fin du spectacle c'est un morceau d'Ed Harcourt intitulé Weary and Bleary eyed il se trouve sur l'album Elephants Graveyard que l'on peut se procurer sur le net uniquement.

ju

Posté par juliencottereau à 14:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mars 2007

Les Mathurins commencent !

Le 23 mars 2007

Bon me voilà à 19 heures au Théâtre des Mathurins avant Eva de Nicolas Bedos avec Niels Arestrup et Brigitte Catillon mise en scène par le directeur du lieu Daniel Colas. Ca commence doucement..mais sûrement. On a mis deux rétroprojecteurs au 1er balcon pour que les gens qui y sont voient tout ce qui se passe quand je m'aventure dans la salle. C'est kool. C'est un petit écrin à l'italienne, ce théâtre ; superbe. Ma loge est sympa. Tout est nickel. Je suis HEU-REUX ! 344

Mathurin Vient du latin "mathurus" qui signifie : "mûr,maturité", je crois que c'est providentiel comme nom...

Si vous avez vu le spectacle et que vous avez adoré et que vous voulez en parler et/ou envoyer le visuel à des amis, le recto et le verso sont téléchargeables sur le blog. Merci d'être venu sur cette page en tous cas. Je vous dis à trés vite, j'essaierai de vous raconter des histoires de scènes pas piquées des vers de temps à autre.

En attendant..Le meilleur pour vous !

Julo

Voir la revue de presse (avec les Télés de Julien) du spectacle "Imagine-toi".

Posté par juliencottereau à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 décembre 2006

Le fontaine c'est fini !!

Le 26 décembre 2006

Et bien oui, c'est fini. C'était exquis !! Merci mille fois à tous et à toutes qui sont venus aux premières d'Imagine-toi dans ce chouette théâtre. Je serais à partir du 30 janvier au Théâtre des Mathurins à 19h tous les jours et le dimanche a 17h30. On a bien ri !! Espérons de tout coeur que l'aventure continuera aussi fortement qu'elle a commencé grâce à vous tous ! Bonnes fêtes de fin d'année.

On se retrouve bientôt. Ciao a tutti !!

Posté par juliencottereau à 02:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 novembre 2006

Hello à tous et toutes !

Le 27 novembre 2006


Bon et bien je vais désormais essayer de me faire à l’écrit régulier sur ce site qui est aussi et surtout mon blog. Un moyen pas mauvais du tout de me rapprocher des gens qui vont voir Imagine-toi. C’est un ami dénommé Alexandre Pavlata qui m’a incité, quasi exhorté, à le faire en me prenant par les sentiments puisque, m’a t’il dit, je cite : « hey Julo je vais régulièrement sur ton site et qu’est ce que je vois, et bien toujours la même date au-dessus du même petit commentaire sur ta vie de petit citoyen clown et bien faut se bouger un peu non, c’est dommage ! ». Je lui ai dit : « Bon t’as raison et tu nous as fait mourir de rire dans ton show tout à l’heure, donc pour toi et pour tous ceux que cela pourrait intéresser, je vais gloser un peu dessus, un de ces kats ». Petite parenthèse, mon ami Alex Pavlata est aussi Francky O’right quand il est sur la scène de l’Européen, et il dépote sa mère en string, en d’autres termes il casse la baraque et jouera pour votre plaisir si vous décidez de courir le voir dans cette même salle tous le mois de décembre. J’y étais donc jeudi dernier et comme je parle anglais et que mes amis de Portland qui venaient visiter PARIS aussi, c’est plutôt normal en ce qui les concerne, on s’est bien marrer. C’est bon de rire. Son site qui dépote autant que lui, c’est www.franckyoright.com.

Encore une occasion de parler des amis. En l’occurrence amies pour le coup. J’aimerai vous dire deux mots d’un spectacle de danse, de Flamenco, conçu par 4 formidables performeuses, je ne risque rien à dire que vous pouvez y aller les yeux fermés et les rouvrir une fois dans le théâtre. C’est superbe, fort et on en ressort comme sur un tapis volant en route vers un soi-même enchanté. Elles étaient après moi à La Luna à Avignon et toutes les fins de mon show passaient par leurs sourires de fées sages et enflammées, flamenco quoi ! Et ça m’empêchait d’être triste que ça soit finit croyez-moi, elles sont tellement dans la vie. Leur Site encore : www.sentires.com.

Sinon moi et bien ça boum : j’ai la crève ! Je tousse comme une vieille 4 L. Je prie que ça ne se retrouve pas dans les enceintes lundi prochain, ça ferait tâche. A part cela, je vole littéralement de bonheur. Cui-Cui ! Et je bois des grogs.

J’ai vu Monsieur Verdoux de Charlie Chaplin ce soir en dvd chez moi. Quel beau film. Cet homme pensait à une chose : faire du bien à son public. La philosophie et l’humanité derrière chaque phrase sont révélées par une histoire et une mise en scène sobre et percutante ; sombre sous différents angles, mais basées sur une observation qui semble sans failles des folies et désirs des instinctifs à gros cerveaux que nous sommes. Les grands artistes savent prendre le poûl du monde. Et ils ne le font pas gratuitement. Merci Mr Chaplin pour cette belle leçon de bonté. That’s all folks ! A tout allure !

Posté par juliencottereau à 10:47 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

03 octobre 2006

Salut à tous !

Le 3 octobre 2006

Voilà, c'était la deuxième hier soir et c'est toujours un soulagement ; une série de 12 représentations au Fontaine, c'est pas rien. C'est grand comme théâtre mine de rien. Après le Limonaire, c'est sûr que ça fait un p'tit choc...Allez-y au fait au Limonaire http://limonaire.free.fr/... c'est rafraîchissant. PhotoSalle_small_1_

Donc le théâtre Fontaine , voir photo, c'est un peu un vrai théâtre quoi, avec des fauteuils rouges et des ouvreuses et un vestiaire avec des portes manteaux. La classe, j'en reviens pas. Heureusement que j'ai connu le chapiteau du Cirque du Soleil avec ses 2500 places sinon j'aurais trop la trouille. Le cirque c'est différent..c'est le cirque. Les gens sont tous autour de la piste et c'est trés souvent des étrangers. Là, les gens, ils sont devant, c'est plus comme un combat, on est devant eux et il faut qu'ils aiment. Point barre ! Ils ne t'entourent pas ; ça tient un p'tit peu moins au chaud...et en plus ils sont français. J'ai rien contre hein, entendons-nous, mais ça fait monter la pression. Tant mieux en fait, j'aime avoir peur !

Merci mille fois pour tout, hier c'était dingue. Je vous laisse avec cette critique et vous donne rendez-vous très vite. http://www.ledoigtdansloeil.com/chroniques.html

Julien

Posté par juliencottereau à 12:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]