09 décembre 2007

Revue de Presse "Imagine-toi"

Julien Cottereau dans la lignée du mime Marceau

Nathalie Simon
22/10/2008 |

Figaro_web

Clown, bruiteur et poète, le jeune artiste marche sur les pas du célèbre créateur de Bip.

Voici un nom à retenir : Julien Cottereau. Sur la scène des Bouffes Parisiens, l'artiste originaire du Mans offre une parenthèse enchantée et enchanteresse aux petits comme aux grands. Imagine-toi, nous conseille-t-il dans son spectacle. On fait plus que s'imaginer, on vit avec lui. Clown mime bruiteur et poète qui a fait ses classes au Cirque du Soleil, un drôle de bonnet vert sur le crâne, Julien Cottereau sautille, se cabre, se trémousse, danse, caracole, dessine enfin un monde à lui où la frontière entre réalité et fantastique s'annihile.

Là, il jongle avec une balle, ici, il saute à la corde avec un chewing-gum mâchouillé à l'envi, avant de caresser un chien fougueux. Là encore, il affronte un mystérieux monstre rugissant, puis tombe sous le charme d'une jeune femme.

Dans une mise en scène efficace et complice de son ami Erwan Daouphars, lui-même comédien et coauteur, l'artiste au doux visage émeut, bouleverse, déclenche des fous rires, touche le cœur du public à la façon du Petit Prince qui apprivoise sa rose. Jeune papa qui n'hésite pas à prendre un enfant ou un adulte par la main pour l'entraîner dans son univers féerique.

Membre de l'association Clowns sans frontières, qui joue pour les enfants malheureux, cet artiste ultrasensible a reçu un molière en 2007 et, a été récemment récompensé par un prix 2008 de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD), dans la catégorie one-man-show.

Une étoile est née. Digne héritier du mime Marceau, Julien Cottereau soutient aussi la comparaison avec Buster Keaton et Charlie Chaplin.
Imagine-toi, Julien Cottereau, Bouffes Parisiens, 4, rue Monsigny, Paris 75002, jusqu'au 10 janvier, 01 42 96 92 42.


Téléchargez quelques articles de presse concernant les Bouffes Parisiens : Presse_Bouffes_Parisiens_091208

 

Posté par juliencottereau à 12:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]